Comment optimiser l'efficacité de ses équipes en entreprise ?

Comment optimiser l'efficacité de ses équipes en entreprise ?

Il est vrai que personne n'est parfait et que nous faisons tous des erreurs de temps en temps. Mais cela ne signifie pas que l'auto-amélioration est inutile. Changer les habitudes de travail n'est pas aussi facile que d'appuyer sur un interrupteur. En fait, la gestion des mauvaises habitudes au sein de votre équipe nécessite une approche pratique et réfléchie.

Quand le comportement doit être modifié

Il y a beaucoup d'avantages à adopter une approche non interventionniste en tant que manager. Les employés efficaces et motivés travaillent souvent mieux lorsqu'ils sont autonomes, et le fait de ne pas avoir à les microgérer vous libère du temps pour des choses plus importantes. Mais même si c'est le cas pour vous et votre équipe, les employés comptent toujours sur vous pour les guider. En tant que manager, vous devez être suffisamment observateur pour savoir quand intervenir.

Il est plus facile de maintenir une vieille habitude que d'en créer une nouvelle. En d'autres termes, les mauvaises habitudes peuvent facilement s'auto-entretenir. Si un employé est pris dans une boucle de rétroaction négative, il aura probablement besoin d'aide pour changer ses habitudes de travail.

Par exemple, les performances d'une personne se détériorent peut-être parce qu'elle continue à travailler jusqu'au déjeuner. Elle s'épuise, puis arrive fatiguée le lendemain. Comme elle n'arrive pas à faire autant de choses le matin, elle saute le déjeuner, s'épuise encore plus et le cycle continue.

Un autre signe qu'il est temps de s'impliquer dans le changement des habitudes de travail est lorsque le comportement d'une personne se répercute sur ses collègues. Les collègues perturbateurs sont d'abord gênants, mais ils peuvent rapidement devenir des obstacles à la productivité et des sources de ressentiment. Une étude sur la perturbation du lieu de travail réalisée par Samsung Electronics a révélé que 83 % des personnes interrogées considéraient que leurs collègues les plus perturbateurs étaient ceux qui se plaignaient constamment, et que les employés perturbateurs faisaient perdre 22 minutes par jour aux entreprises.

Comment rompre avec les mauvaises habitudes de travail ?

Malheureusement, il n'y a pas de raccourci lorsqu'il s'agit de changer les habitudes de travail. En fait, selon une étude publiée dans le livre de Jeremy Dean, Making Habits, Breaking Habits : Why We Do Things, Why We Don't, and How to Make Any Change Stick, si une habitude simple (comme boire un verre d'eau après un repas) peut être établie en une vingtaine de jours, des comportements plus exigeants ou complexes peuvent prendre des mois, voire la majeure partie d'une année, pour devenir habituels. Au cours de l'étude de Dean, il a fallu en moyenne 66 jours à un participant pour prendre l'habitude souhaitée.

Il est difficile de faire disparaître les mauvaises habitudes, mais vous pouvez mettre vos employés sur la bonne voie en suivant les étapes suivantes :

Identifiez les comportements problématiques : Tout d'abord, vous devez vous asseoir avec l'employé et discuter des habitudes qui posent problème. L'objectif doit être de parvenir à une compréhension commune de ce qui doit changer. Mais c'est aussi l'occasion pour votre employé d'expliquer son comportement, vous devez donc être prêt à écouter sa version des faits.

Établissez les conséquences : Non, nous ne parlons pas des conséquences disciplinaires d'une absence d'amélioration. Si vous voulez qu'il comprenne pourquoi ses habitudes sont mauvaises, vous devez l'éduquer. Expliquez-lui que son comportement perturbe les autres et, si votre organisation utilise le suivi des objectifs, vous pouvez facilement mettre en évidence l'effondrement des statistiques de performance de votre employé pour illustrer votre propos.

Trouvez des alternatives bénéfiques : Trouver des alternatives plus saines ou plus bénéfiques est le meilleur moyen de faire perdurer un changement positif, ce qui est un aspect essentiel des thérapies de modification des habitudes, comme le traitement des dépendances. Par exemple, si un employé utilise sans cesse son temps de pause pour distraire ses collègues, il est peut-être simplement agité et pourrait bénéficier d'une promenade pendant sa pause au lieu de rester enfermé dans le bureau. Ou encore, si quelqu'un rabaisse ses collègues par sa négativité constante, vous pourriez l'encourager à tenir un journal intime comme exutoire.

Prenez régulièrement des nouvelles des employés : Prendre des nouvelles régulièrement est le meilleur moyen d'avoir un retour d'information continu sur le lieu de travail. Non seulement c'est excellent pour la gestion générale des performances et l'analyse des personnes, mais cela signifie que vous pouvez périodiquement revenir sur les mauvaises habitudes d'un employé pour voir comment il se comporte. Il est ainsi beaucoup plus facile de changer de tactique si votre approche initiale ne fonctionne pas.

Reconnaissez le développement des employés : C'est bien beau d'indiquer à quelqu'un la bonne direction. Mais s'il fait le travail nécessaire et que cela n'est pas reconnu, ce découragement peut suffire à le décourager et à le ramener à ses anciennes habitudes. Il est important de prendre le temps de reconnaître qu'une personne essaie de changer.

Établissez les conséquences : Non, nous ne parlons pas des conséquences disciplinaires d'une absence d'amélioration. Si vous voulez qu'il comprenne pourquoi ses habitudes sont mauvaises, vous devez l'éduquer. Expliquez-lui que son comportement perturbe les autres et, si votre organisation utilise le suivi des objectifs, vous pouvez facilement mettre en évidence l'effondrement des statistiques de performance de votre employé pour illustrer votre propos.

Trouvez des alternatives bénéfiques : Trouver des alternatives plus saines ou plus bénéfiques est le meilleur moyen de faire perdurer un changement positif, ce qui est un aspect essentiel des thérapies de modification des habitudes, comme le traitement des dépendances. Par exemple, si un employé utilise sans cesse son temps de pause pour distraire ses collègues, il est peut-être simplement agité et pourrait bénéficier d'une promenade pendant sa pause au lieu de rester enfermé dans le bureau. Ou encore, si quelqu'un rabaisse ses collègues par sa négativité constante, vous pourriez l'encourager à tenir un journal intime comme exutoire.

Surmonter la résistance au changement

La résistance au changement est l'un des obstacles les plus frustrants pour tout manager. Elle est généralement le résultat du scepticisme des employés, qui peuvent considérer que ce que vous leur demandez leur cause plus de problèmes qu'il n'en vaut la peine. En d'autres termes, la résistance au changement est essentiellement un manque d'adhésion des employés. Généralement, nous parlons de ces choses en relation avec les nouvelles technologies ou la politique du bureau, mais cela peut aussi être un problème pour les interactions individuelles.

Pour surmonter la résistance au changement lors de la gestion des mauvaises habitudes, vous devez :

Éduquer, ne pas déprécier : Comme nous l'avons dit, vous devez faire le nécessaire pour éduquer les employés si vous voulez qu'ils s'améliorent. Mais vous devez le faire de la bonne manière. Les gens ne réagissent pas bien s'ils pensent que vous vous en prenez à eux.

Ralentissez les choses : Les changements d'habitudes peuvent perturber votre flux. La pression de la performance peut facilement ramener les gens à leurs anciennes habitudes, alors pensez à alléger un peu leur charge de travail le temps qu'ils se réadaptent.

Modélisez le comportement que vous voulez voir : Les gens sont moins susceptibles de vous écouter s'ils pensent que vous êtes hypocrite. Mais si vous mettez en pratique ce que vous prêchez, l'impact sera plus important. Par exemple, si un employé ne prend pas soin de lui, montrez-lui comment faire en prenant un jour de congé personnel ou en déjeunant tôt.

Adoptez des habitudes équitables : L'hypocrisie n'est pas la seule attitude à double tranchant dont il faut se méfier. Les employés ne prendront pas vos conseils à cœur s'ils pensent qu'ils sont montrés du doigt. Avant de confronter un employé à propos de ses habitudes de travail, demandez-vous si ce sont les pires contrevenants.